Histoire économique de La Rochelle et de la CCI

  • Mathurin Regreny engagé volontaire (Aunis éco - mars 2008)

Mathurin Regreny engagé volontaire

Au milieu du XVIIe siècle, le port de La Rochelle est l’un des principaux points de départ pour toutes celles et tous ceux qui souhaitent vivre l’aventure de la Nouvelle France. Ils sont colons libres, soldats, dames charitables, artisans, ou simples laboureurs et partent pour une autre vie. Certains y resteront jusqu'à la fin de leurs jours et feront souche, d’autres reviendront au terme de leur contrat d’engagement.

Aunis éco - mars 2008

  • Mathurin Regreny engagé volontaire - suite (Aunis éco - mai 2008)

Mathurin Regreny engagé volontaire - suite

Depuis 24 heures, la vie de Mathurin Régreny est riche en émotions. Parti d’Ars en Ré dans la matinée du 27 juin 1659, ce n’est que dans la soirée que le jeune homme arrive à La Rochelle. C’est dans l’étude du notaire rochelais Abel Cherbonnier, qu’il rencontre pour la première fois le marchand rochelais François Péron. Quelques mois auparavant, il avait signé l’acte d’engagement du marchand. Dans ce contrat, Mathurin s’engageait à passer les trois prochaines années de sa vie au service de Péron comme défricheur de l’autre côté de l’Atlantique, en Nouvelle France.

Aunis éco - mai 2008

  • Mathurin Regreny engagé volontaire - suite et fin (Aunis éco - juillet 2008)

Mathurin Regreny engagé volontaire - suite et fin

Après une traversée très mouvementée depuis La Rochelle à bord du Saint André, c’est dans la matinée du 8 septembre 1659 que les passagers débarquent à Québec. Pour Mathurin Régreny et ses quatre compagnons de voyage, une nouvelle vie commence. Elle se révélera difficile et contraignante. Quant aux destinés des cinq engagés volontaires charentais, elles seront bien différentes...

Aunis éco - juillet 2008

  • Fourrures contre grelots (Aunis éco - décembre 2007)

Fourrures contre grelots

Contrairement à ce que l’on peut penser, ce ne sont pas les autorités françaises qui se sont les premières intéressées au nouveau monde, mais des marchands, des commerçants et des marins basques, bretons ou rochelais. Bien avant Jacques Cartier ils avaient mis un pied en Nouvelle-France. Ils troquaient des outils, des ustensiles et des objets de décoration contre des fourrures de castors, de loutre, ou d’ours.

Aunis éco - décembre 2007)

  • Le tramway à la Rochelle (Aunis éco - octobre 2007)

Le tramway à la Rochelle

De 1901 à 1927, les motrices du tramway de La Rochelle venaient « biberonner » à Saint-Maurice. Il fallait environ 45 minutes pour traverser la ville en partant de Tasdon à destination de La Pallice, à une moyenne de 12 km/h.

Aunis éco - octobre 2007

  • Les dix-huit chantiers de Vauban (Aunis éco - juillet 2007)

Les dix-huit chantiers de Vauban

En 1703, de nombreux chantiers sont en cours dans les pertuis des côtes charentaises pour protéger l’accès à l’arsenal de Rochefort. C’est Sébastien Le Prestre, seigneur de Vauban et récemment élevé à la dignité de Maréchal de France qui a imaginé une série de citadelles, forts et batteries pour rendre imprenable l’estuaire de la Charente, porte d’entrée de l’arsenal militaire. A La Rochelle, François Ferry dirige les travaux.

Aunis éco - juillet 2007

  • air2

Les "plus lourds que l'air" en Aunis - 2ème partie

La création de l’aéroclub de la Charente Inférieure en 1933 marque véritablement le point de départ de l’aviation à La Rochelle. La ville et la Chambre de commerce conscientes de l’intérêt d’un tel développement n’hésitent pas, dès sa création, à subventionner l’aéroclub malgré un différend quant à l’emplacement de la piste. Ce n’est que dans les années 60 que l’aéroport prendra véritablement son essor avec des avions taxis et par la suite des lignes régulières.

Aunis éco - octobre 2006

  • Les "plus lourds que l'air" en Aunis - 1ère partie (Aunis éco - mai 2006)

Les "plus lourds que l'air" en Aunis - 1ère partie

Un siècle sépare les Boeing 737 qui atterrissent tous les jours à l’aéroport de La Rochelle – île de Ré et le ballon dirigeable Lanturlu qui décollait de la place d’armes au grand bonheur de la population rochelaise. Durant toutes ces années, l’histoire de l’aviation à La Rochelle s’est construite autour de quelques pionniers. Pour les uns il s’agissait de vivre leur passion de la mécanique et des nouvelles techniques, pour d’autres, l’ambition de mettre ce nouveau moyen de transport au service du développement économique.

Aunis éco - mai 2006

  • Une digue pour le pire... et le meilleur (Aunis éco - mars 2006)

Une digue pour le pire... et le meilleur

Le siège de La Rochelle entre 1627 et 1628 lamina la population de la ville et son économie. Après la reddition des rochelais, la fameuse digue du cardinal qui avait eu raison de la résistance de la ville devait être l’un des instruments de sa prospérité à venir. La ville se relèvera de cette épreuve avec une envie farouche d’aller par delà les mers s’ouvrir au monde.

Aunis éco - mars 2006

  • Le port de commerce, l'histoire d'une ambition maritime (Aunis éco - décembre 2005)

Le port de commerce, l'histoire d'une ambition maritime

Le port de commerce est l’un des piliers de la culture maritime et marchande de notre ville, depuis toujours tournée vers la mer.
Des premiers débats sur l’opportunité de créer un nouveau port au milieu du XIXème siècle, jusqu’aux décisions d’investissements les plus récentes, les élus consulaires ont constamment eu la préoccupation d’anticiper sur les évolutions du commerce maritime. Ils ont en cela toujours été suivis dans cette vision à long terme par les élus locaux. Les grandes étapes de l’histoire du port que nous vous présentons en témoignent. Afi n de mieux percevoir cette ambition partagée, nous nous sommes attachés à remonter bien avant la création du bassin à fl ot de La Pallice, pour entrevoir qu’elles étaient les solutions envisagées et comprendre les choix de l’époque. Pour découvrir le développement du port depuis un siècle, nous avons choisi de prendre comme fi l conducteur, l’histoire de ses grandes infrastructures. Elles marquent d’ailleurs toujours le site comme des empreintes indélébiles.
Un port de commerce, c'est aussi des hommes et des femmes qui y travaillent et qui y vivent. Ils en sont les acteurs, souvent la mémoire et sans eux il n’y aurait pas d’activité portuaire. De nombreuses contraintes ne nous ont pas permis, avec regret, de lever un peu de voile de cette dimension humaine qui donne tout son sens à l’histoire. Nous espérons que ces quelques pages vous permettront de découvrir ou de revisiter l’histoire de la Mare à la Besse devenue au fi l du temps le port de commerce de La Rochelle-Pallice.

Aunis éco - décembre 2005

  • Les magasins à poissons (Aunis éco - octobre 2005)

Les magasins à poissons

Au début du XXe siècle la pêche se développe à La Rochelle grâce à la multiplication des chalutiers à vapeur et aux techniques de chalutage. Les pêcheries organisées par les armateurs s’installent en 1925 dans les magasins construits par la Chambre de commerce sur les quais de l’actuel bassin des grands yachts, en attendant la construction d’un nouveau port de pêche.

Aunis éco - octobre 2005

  • La maison du marin (Aunis éco - juillet 2005)

La maison du marin

A la fin du XIXème siècle se créent dans les villes portuaires les maisons du marin. Financées par des fonds publics, elles permettent aux marins de commerce ou de pêche de trouver un lieu pour manger, dormir, chercher des embarquements et pour que …"leurs gains et leurs économies soient à l’abri de toute exploitation…"

Aunis éco - juillet 2005

  • Les statues retrouvées... à la libération (Aunis éco - mai 2005)

Les statues retrouvées... à la libération

Pendant la Seconde Guerre mondiale, les statues de La Rochelle ont vécu des fortunes diverses. Certaines destinées à la fonte n’ont jamais été retrouvées. D’autres, les plus symboliques de la ville, n’ont dû leur salut qu’à la bienveillance d’un Rochelais de naissance, salarié d’une entreprise parisienne de récupération de métaux. Une des nombreuses petites histoires de la libération…

Aunis éco - mai 2005

  • Solidarité avec la Guadeloupe en 1843 (Aunis éco - mars 2005)

Solidarité avec la Guadeloupe en 1843

Dans la matinée du 8 février 1843, un tremblement de terre secoue l’île de la Guadeloupe. Cette catastrophe naturelle provoque en France une vive émotion. Il s’ensuit un grand élan de générosité partout dans le pays. En Charente Inférieure, communes, corporations, Chambre de commerce, particuliers viennent grossir les listes de souscription en faveur des victimes.

Aunis éco - mars 2005

  • La grande pêche à La Rochelle (Aunis éco - décembre 2004)

La grande pêche à La Rochelle

Dans la matinée du 8 février 1843, un tremblement de terre secoue l’île de la Guadeloupe. Cette catastrophe naturelle provoque en France une vive émotion. Il s’ensuit un grand élan de générosité partout dans le pays. En Charente Inférieure, communes, corporations, Chambre de commerce, particuliers viennent grossir les listes de souscription en faveur des victimes.

Aunis éco - décembre 2004

  • Le consulat des Etats-Unis à La Rochelle (Aunis éco - octobre 2004)

Le consulat des Etats-Unis à La Rochelle

Situé au coeur de La Rochelle, à deux pas du vieux port, l’Hôtel abritant la Chambre de Commerce et d’Industrie et le Tribunal de Commerce de La Rochelle est plus connu sous le nom d’Hôtel de la Bourse. Symbole de la richesse économique de la ville au XVIIIe siècle, ce fleuron du patrimoine maritime rochelais est classé monument historique depuis 1929.

Aunis éco - octobre 2004

  • L'Actif, un des derniers corsaires rochelais (Aunis éco - juillet 2004)

L'Actif, un des derniers corsaires rochelais

La République annonce en janvier 1793 la reprise de la guerre de course. De 1796 à 1802, une douzaine de corsaires sont armés dans le port de La Rochelle dont cinq par Thomas et Pierre-Antoine Chegaray. La guerre de course auquelle se livrent les corsaires répond à des règles et à des codes. C’est parfois un pari risqué, les aventures de L’Actif en témoignent.

Aunis éco - juillet 2004

  • Les aventures de l'Impératrice-Reine (Aunis éco - mai 2004)

Les aventures de l'Impératrice-Reine

Si les premières succursales de la Banque de France firent leur apparition à partir de 1820, il fallut attendre 1853 et toute la tenacité des négociants et des armateurs, pour voir la création d’une succursale à La Rochelle, dont on célèbre cette année le 150ème anniversaire.

Aunis éco - mai 2004

  • Les relations maritimes La Rochelle - Canada à la fin du XIXe siècle (Aunis éco - mars 2004)

Les relations maritimes La Rochelle - Canada à la fin du XIXe siècle

Les relations économiques directes entre la France et le Canada suscitent un nouvel intérêt à la fin du XIXe siècle. Cet engouement coïncide avec les premiers traités de commerce entre les deux pays. Avec l’ouverture du bassin à flot de La Pallice en 1890, la Chambre de Commerce de La Rochelle essaie d’attirer de nouvelles lignes maritimes commerciales pour le développement de son port. Après 20 ans d’essais infructueux, le Havre s’imposera au détriment de La Rochelle comme tête de ligne des échanges franco-canadiens.

Aunis éco - mars 2004

  • Le remorquage : une histoire à épisodes (Aunis éco - décembre 2003)

Le remorquage : une histoire à épisodes

Ce sont les bateaux à vapeurs, destinés au transport de marchandises et de passagers qui durant plus d’un demi siècle assureront le service de remorquage du port de commerce. Des navires manquant très souvent de puissance, pour rentrer dans le bassin à flot les grandes unités de l’époque. Au début du XX ème siècle, les accidents sont nombreux et ce n’était pas sans appréhension que les pilotes maritimes montaient à bord des voiliers pour commander la manoeuvre.

Aunis éco - décembre 2003

  • Le port de La Repentie : l'autre port Rochelais (Aunis éco - octobre 2003)

Le port de La Repentie : l'autre port Rochelais

Dans l’histoire des établissements maritimes de La Rochelle au XIXe siècle, le vieux port et le port de La Pallice tiennent une place considérable. Il en existe pourtant un autre, plus modeste, celui de La Repentie. Cette côte d’Aunis, la plus proche de l’île de Ré est pourtant depuis des siècles le point de passage entre le continent et l’île.

Aunis éco - octobre 2003

  • La Banque de France à La Rochelle :(Aunis éco - juillet 2003)

La Banque de France à La Rochelle

Si les premières succursales de la Banque de France firent leur apparition à partir de 1820, il fallut attendre 1853 et toute la tenacité des négociants et des armateurs, pour voir la création d’une succursale à La Rochelle, dont on célèbre cette année le 150ème anniversaire.

Aunis éco - juillet 2003

  • L'Hôtel de la Bourse (Aunis éco - mai 2003)

L'Hôtel de la Bourse

Situé au coeur de La Rochelle, à deux pas du vieux port, l’Hôtel abritant la Chambre de Commerce et d’Industrie et le Tribunal de Commerce de La Rochelle est plus connu sous le nom d’Hôtel de la Bourse. Symbole de la richesse économique de la ville au XVIIIe siècle, ce fleuron du patrimoine maritime rochelais est classé monument historique depuis 1929.

Aunis éco - mai 2003

  • Des Rochelais à l'origine de la Côte d'Ivoire (Aunis éco - mars 2003)

Des Rochelais à l'origine de la Côte d'Ivoire

Arthur Verdier et deux de ses collaborateurs, Amédée Brétignière et Marcel Treich-Laplène, tiennent une place importante dans l’histoire de la Côte d’Ivoire. La résistance d’Arthur Verdier face aux Anglais, l’exploitation du café et du cacao par Amédée Brétignère et les habiles négociations des premières missions exploratoires de Treich-Laplène entre 1887 et 1889 avec les chefs indigènes avaient réservé ce territoire à la France. Les éléphants de la rue La Noue en témoignent.

Aunis éco - mars 2003

  • Tintin à La Rochelle (Aunis éco - décembre 2003)

Tintin à La Rochelle

Le célèbre héros d’Hergé est venu à La Rochelle au cours de l’une de ses aventures. On retrouve Tintin et le capitaine Haddock déambulant sur les quais du bassin de La Pallice dans Les 7 boules de cristal. Hergé commence son récit en 1943 dans le journal belge Le Soir, mais ce n'est qu'en 1946 qu'il l’achève et en 1948 qu’il le publie.

Aunis éco - décembre 2003

  • Au temps où le Café de la Paix faisait son cinéma (Aunis éco - octobre 2002)

Au temps où le Café de la Paix faisait son cinéma

Lorsqu’en 1934 Georges Simenon fait la présentation d’un de ses nouveaux romans, il ne peut s’empêcher d’évoquer cette adresse rochelaise qu’il affectionne tant. Des décors aux toiles peintes en passant par le mobilier intérieur, tout est harmonie au café de la Paix depuis plus d’un siècle. L’établissement y était alors beaucoup plus vaste. Il est à l’origine de la première salle de cinéma permanente de La Rochelle, l’Olympia.

Aunis éco - octobre 2002

  • La maison Charles Charriau (Aunis éco - juillet 2002)

La maison Charles Charriau

Dans le négoce des céréales, la maison Charles Charriau de Marans a été pendant plus de cinquante ans une place incontournable de la région dans l’importation et l’exportation des grains. Retour sur une entreprise familiale qui fut à l’origine de la première bourse aux grains de La Rochelle en 1939.

Aunis éco - juillet 2002

  • La laiterie de Marans (Aunis éco - mai 2002)

La laiterie de Marans

Lorsqu’à la fin du XIXème siècle sévit la grande crise du phylloxéra, l’agriculture de la Charente-Maritime, jusqu’alors essentiellement tournée vers la viticulture, se trouve brutalement transformée. Une grande partie du vignoble charentais étant détruit, de nombreux exploitants choisissent de reconvertir leurs vignes en prairie pour l'élevage de vaches laitières en Aunis et en Haute-Saintonge. Avec cette nouvelle orientation, de nombreuses laiteries se développent sur tout le département afin de recueillir le lait et commercialiser les produits dérivés, beurre, fromage et caséine.

Aunis éco - mai 2002

  • Bar André, la tradition de l'îlot grec (Aunis éco - mars 2002)

Bar André, la tradition de l'îlot grec

Le Bar André, situé dans cet îlot d’immeubles délimité par la rue Saint-Jean du Pérot et la rue de la Chaîne a plus d’un siècle d’existence. Témoin privilégié de ce vieux quartier de pêcheurs, il en symbolise la tradition et la transformation vers un quartier de restaurateurs où se pressent touristes et Rochelais.

Aunis éco - mars 2002

  • Le commerce du bois à La Rochelle (Aunis éco - décembre 2001)

Le commerce du bois à La Rochelle

Au fil de l’histoire, le trafic du bois à La Rochelle ne cesse d’évoluer. Les zones et les types de bois d’importation changent : aux bois de l’Europe du Nord importés depuis la fin du XVIIe siècle succèdent, à la fin des années 40, les bois exotiques en provenance du Cameroun et du Gabon. A partir de cette époque, La Rochelledevient le premier port importateur de bois tropicaux en France.

Aunis éco - décembre 2001)

  • Les conserverie de sardines à La Rochelle (Aunis éco - octobre 2001)

Les conserverie de sardines à La Rochelle

Le procédé de conservation des aliments après cuisson mis au point par Nicolas Appert en 1795 va permettre le développent en France des industries de conserves alimentaires. En 1824 un industriel nantais, reprenant cette méthode, a l'idée de faire cuire les sardines dans de l'huile d'olive et de les entasser par la suite dans des boîtes en fer blanc. Les conserves de sardines sont nées et avec elles une industrie. Les premières usines s’installent sur les lieux de pêche de la sardine. En 1827, Philibert Schnell crée une usine à La Rochelle qui deviendra quelques années plus tard la société Basset.

Aunis éco - octobre 2001

  • La gare maritime de La Rochelle-Pallice

La gare maritime de La Rochelle-Palice

Prévue avant la Seconde Guerre mondiale, la gare maritime du môle d'escale n'est finalement achevée qu'en 1951. Elle accueille alors les paquebots transatlantiques de la Pacific Steam Navigation Compagny qui relient régulièrement Liverpool à
Valparaiso (Chili). Après 20 ans de fonctionnement, elle est définitivement fermée en 1970. Dès lors, elle ne s'animera qu'occasionnellement pour des réunions et de réceptions organisées par la Chambre de Commerce et d’Industrie de La Rochelle. En 1998, l'accès du bâtiment y est interdit pour des raisons de sécurité.

Aunis éco - février 2001